LIVRES

Marie-Diane Meissirel est l'auteur de trois romans:

- Huit mois pour te perdre, éditions Daphnis et Chloé (2016)

- Un héritage grec, éditions Daphnis et Chloé (2014)

- Un été à Patmos, publié en Français et en Grec aux éditions Fereniki (2012)

Huit mois pour te perdre

Emma est française, expatriée en Croatie, elle y conseille le ministère de la justice. Dunja est croate. A soixante ans, elle aimerait prendre sa retraite mais doit travailler pour gagner sa vie et entretenir son fils musicien.

Les deux femmes ont un lien : le bébé d’Emma, Bruno, dont Dunja est la nourrice. Alors qu’Emma s’absente souvent pour son travail, Dunja et Bruno fusionnent et l’amour de Dunja pour l’enfant ne cesse de grandir. Le quotidien de ces trois personnages n’est pas parfait, mais ils ont trouvé un certain équilibre. Jusqu’au jour où Emma, rentrant de voyage,  apprend que son appartement a été cambriolé et que Bruno et Dunja ont disparu. Ces deux événements pourraient-ils être liés au passé d’Emma qui a longtemps travaillé sur les questions de crimes de guerre dans la région ? Qu’est-il arrivé à Bruno et Dunja? Emma arrivera-t-elle à les retrouver à temps ?

 

Un roman à deux voix où le talent d’écriture de l’auteur nous fait entrer dans l’intimité de deux mères en difficulté et nous transporte dans un pays qui, à l’heure d’intégrer l’Union européenne, porte encore les stigmates du conflit yougoslave.

Marie-Diane Meissirel, auteur des romans Un héritage grec, Marie-Diane Meissirel, roman (éditions Daphnis et Chloé)
Un héritage Grec

« La famille en Grèce, c’est sacré ! C’est le noyau dur de notre société, c’est l’alpha et l’oméga ! Je me demande ce qui a pu pousser ta mère à couper définitivement les ponts. Il a dû se passer un événement grave. Tu vas sans doute découvrir des choses inattendues et pas forcément plaisantes. »

 

Août 2009, Théodora s’envole vers Athènes pour régler la succession de sa grand-mère maternelle. Elle ne se doute pas alors que la Grèce est sur le point de plonger dans l’une des crises économiques les plus violentes de son histoire ni que sa vie va, elle-aussi, basculer.

 

À vingt-cinq ans, c’est la première fois qu’elle se rend dans le pays de sa mère défunte et qu’elle rencontre sa famille grecque. Elevée en France, par son père, elle n’a jamais su pourquoi sa mère avait tiré un trait sur son passé. Alors qu’elle n’était partie que pour quelques jours, Théodora va se laisser happer par une quête de ses racines, au sein d’une famille tourmentée qui se déchire au rythme où la Grèce s’effondre. 

 

Un roman passionnant et d'une grande objectivité sur un pays complexe, magnifique et corrompu, rebelle et soumis, à la fois en pleine crise et en pleine mutation.

Un été à Patmos, Marie-Diane Meissirel, roman (éditions Fereniki)
Un été à Patmos

Gaspard est photographe, débutant. Un galeriste célèbre, séduit par son travail, lui commande un reportage sur Patmos et l’invite dans sa villa. Gaspard va immédiatement tomber sous le charme de cette île lointaine et mystique, mais aussi découvrir qu’elle est le lieu de villégiature d’une certaine élite. Il y multiplie les rencontres avec des personnalités qui le fascinent et lui inspirent une série de portraits. La plus marquante est celle d’Antinéa, une femme ravissante que la vie a malmenée. Aux côtés de Gaspard, elle redécouvre le goût de l’insouciance. Cette métamorphose, dans ce huis clos estival, n’est pas sans provoquer des tensions.

 

Ce roman a la temporalité des vacances d’été, cette parenthèse vitale au cours de laquelle les trajectoires se croisent pour se séparer à nouveau. Tout comme son personnage Gaspard, l’auteur réalise une série de portraits et fait se rencontrer, dans le cadre unique de Patmos, des personnages en devenir dont on aimerait bien connaître l’avenir. 

  • Black Instagram Icon
  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Pinterest - Black Circle